Les billets d'Antoine Kaburahe

Lucide, souvent critique, parfois décalé ou amusé mais toujours informé.


Une décision très lourde

29/09/2018 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Une décision très lourde
Une décision très lourde
Vaccination  dans un centre de santé à l’intérieur du pays. Le départ des ONGE aura des conséquences dramatiques sur la santé dans plusieurs coins du pays. (Photo d’archives)

La décision prise par le Conseil National de Sécurité de suspendre temporairement des ONGE suscite une vive émotion dans toutes les couches de la population burundaise, et même à l’étranger.

C’est une décision grave, rapide (exécutoire à partir de ce lundi 1er octobre). Elle va avoir des conséquences directes et concrètes sur la vie des gens.

Mais tout d’abord, disons que les autorités, et pas seulement au Burundi, ont un droit de regard sur le fonctionnement des ONGE, là n’est pas la question. Le gouvernement a même le devoir d’exiger les mêmes chances pour tous, un recrutement professionnel non discriminatoire, notamment. Ceci dit, quand on parle de « quotas » ethniques, notamment pour les ONGE, il faut être extrêmement prudent.

D’une part, les quotas prévus par la Constitution sont divers en fonction des corps( 60/40 ou 50/50) mais surtout la Constitution n’évoque ces quotas que pour les corps de l’Etat ( gouvernement, Parlement, etc.). Elle ne mentionne nulle part les ONGE à cet égard. Passons aussi sur le fait que même dans ces corps théoriquement tenus par le respect de ces quotas, il n’est pas toujours respecté. Ce n’est pas le propos ici.

Pour revenir sur cette décision , elle crée une peur compréhensible, car cette suspension va toucher plusieurs pans de la société. C’est le chômage qui guette des dizaines de milliers d’employés, des lendemains incertains pour leurs familles, mais aussi des conséquences dramatiques pour toute la population bénéficiaire des services de ces ONGE.

Faut-il rappeler que plusieurs de ces ONGE sont dans l’humanitaire et viennent en aide à une population dite « vulnérable », (enfants, malades, etc.). D’autres sont dans le développement rural et distribuent semences et autres engrais.
Bref, dans une certaine mesure, ces ONGE pallient aux lacunes de l’Etat.

Il serait intéressant aussi de chiffrer les conséquences économiques de cette suspension. La chaîne des incidences pourrait être longue : ces ONGE apportent des devises (qu’ils doivent d’ailleurs loger à la BRB et tant mieux pour le pays !), elles louent des bureaux, leurs employés font travailler du personnel chez eux, ils s’approvisionnent aux marchés locaux, mangent, boivent, sortent… Leur départ aura des conséquences sur l’activité économique, ce qui risque d’accroître encore la paupérisation.

Un petit mot sur ces quotas « ethniques », un sujet clivant. Le souhait de la non-discrimination et même de la « discrimination positive » pour apporter des correctifs là où ils doivent l’être est louable. Mais cela ne se fait pas en trois mois.

Il faut y aller avec beaucoup d’intelligence et de sagesse pour ne pas réparer une discrimination par une autre ,mais aussi faire en sorte que la compétence reste le critère essentiel.

Les choses ne sont donc pas si simples. Il y a un autre élément qu’il aurait fallu prendre en considération. Suspendre, puis rouvrir endéans quelques mois pose des problèmes administratifs énormes à ces ONGE: il y a un personnel local, des expatriés, des contrats en cours, des locations, des budgets votés, etc. « si nous fermons le 1er octobre, ce n’est pas sûr que nous allons rouvrir en trois mois. C’est très compliqué, notre administration est une grosse machine », me disait un responsable d’une ONGE.

Ce n’est pas une menace. Juste le constat d’un gestionnaire de projet…

Antoine Kaburahe Retrouvez chaque jour un nouveau billet d'Antoine Kaburahe, journaliste-écrivain, éditeur et observateur averti du Burundi.

Voir tous les billets

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Un round des « leaders »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un round des « leaders »

Enfin, c’est officiel : le 5ème et « dernier » round du dialogue inter-burundais est fixé du 24 au 29 octobre. Les Burundais commençaient à se lasser de l’éternel report. Aussitôt annoncé, les politiques se creusent les méninges sur l’agenda (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

617 utilisateurs en ligne