Politique

Rapatriement coûte que coûte des réfugiés burundais

16/09/2019 Agnès Ndirubusa Commentaires fermés sur Rapatriement coûte que coûte des réfugiés burundais
Rapatriement coûte que coûte des réfugiés burundais
Le ministre de l'Intérieur tanzanien: « Ils doivent rentrer chez eux»

Depuis le 9 septembre, les réfugiés burundais du camp de Nyarugusu sont privés de marchés. Une situation intenable exacerbée par l’accord signé entre le Tanzanie et le Burundi de lancer une vaste campagne de retour en masse des réfugiés à partir du 1er octobre prochain.

Les marchés du camp de Nyarugusu sont dorénavant fermés depuis le 9 septembre. Des réfugiés qui se ravitaillaient dans les trois marchés que comptait le camp se disent exaspérés. Pour des commerçants de fruits et légumes, le manque à gagner est énorme. Ils ont dû liquider la marchandise en les vendant à perte. « La situation est intenable. J’ai dû vendre ma marchandise à la sauvette par crainte qu’elle ne soit avariée. Pour ce qui est de la farine de manioc par contre, j’ai décidé de la garder chez moi, » témoigne un petit commerçant.

Le communiqué annonçant la fermeture des marchés a été laconique. Silence radio sur les raisons de la privation de commerce qui permettait pourtant d’améliorer les conditions de vie des réfugiés.

Un silence qui donne lieu à des hypothèses et à des spéculations des réfugiés de ce camp. « Pas de doute, le gouvernement tanzanien nous fait comprendre qu’il ne veut plus de nous sur son territoire, » se murmurent des voix inquiètes à Nyarugusu.

Cette décision succède à celle prise quelques jours avant. Le gouvernement a stoppé tout rapatriement volontaire prévu ce mois de septembre dans le cadre de la tripartite Tanzanie, Burundi, HCR. Les réfugiés censés revenir au pays devront attendre le retour massif début octobre.

Il semble donc que le pouvoir de Magufuli campe sur sa position de renvoyer les Burundais chez eux. Une décision prise à l’issue de la visite du ministre de l’Intérieur burundais du 23 au 24 août. Il a été reçu par son homologue tanzanien et ensemble, ils ont visité les camps de Nduta et de Mtendeli. Les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur ont signé un nouvel accord de rapatriement des réfugiés burundais. Cet accord indique que les Burundais doivent regagner leur pays, car la paix est totale.

L’accord prévoit un retour de 2000 réfugiés par semaine d’ici le 1er octobre, pour un total d’environ 180 mille réfugiés.

« Ils doivent rentrer chez eux, coûte que coûte. Le Burundi a recouvré la paix et la sécurité. Nous ne voyons pas pourquoi ils ne veulent pas retourner dans leur pays natal, » a déclaré le ministre de l’Intérieur Tanzanien Kangi Logola à l’issue de la rencontre.

Assez remonté notamment contre le Haut-commissariat et les organisations internationales qui découragent le retour des Burundais, il a prévenu : « Ce rapatriement ne doit en aucun cas être interrompu par qui que ce soit : Burundais, Tanzaniens ou HC. Nous savons qu’il y a des gens ou des organisations internationales qui disent aux réfugiés que le Burundi n’est pas en paix, ce qui est faux. Celui qui sera attrapé en train de dire aux réfugiés que le Burundi n’a pas de paix, aura à affronter le feu du président tanzanien John Pombe Magufuli, ».

Depuis l’annonce de cet accord, les protestations fusent de partout. Des défenseurs des droits de l’homme, des politiques, la société civile burundaise, tous s’insurgent contre la mesure. Les mots expulsion, refoulement, rapatriement forcé sont vite évoqués. Tous dénoncent une violation de la convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés.

Gitega, lui exulte. Il se dit prêt à accueillir tous les réfugiés burundais. Le ministre de l’Intérieur burundais Pascal Barandagiye dément les accusations de rapatriement forcé. Il indique que le retour sera volontaire. « Quoique je me demande ce qu’ils sont en train de faire en exil alors que la sécurité est garantie ici au pays. » Il demande au HCR-Tanzanie et au HCR-Burundi de se tenir fin prêts à aider au retour des réfugiés burundais. Il prévient : si le HCR refuse de coopérer, les deux pays vont s’en charger tous seuls. « Nous n’allons plus subir les réticences d’une organisation qui a fait des réfugiés burundais un business, un fonds de commerce. »

Analyse/ Les indésirables de la Tanzanie

L’insécurité dans les camps, attaques par ailleurs confirmées par les autorités tanzaniennes, marchés bannis, les réfugiés burundais en exil semblent en voir de toutes les couleurs.

Les discours des autorités tanzaniennes parfois menaçants, appelant au retour des réfugiés se sont succédé. Le 20 juillet 2017, lors de la visite de Nkurunziza à Ngara en Tanzanie, le président tanzanien John Pombe Magufuli a adopté la rhétorique de son homologue appelant les Burundais au retour. On se souvient également du ministre de l’Intérieur tanzanien de l’époque Emmanuel Maganga. Lors d’une visite au camp de Nduta le 24 juillet 2018, il a lancé : « Ceci est un dernier avertissement. Tout le monde doit se faire inscrire sur la liste de rapatriement volontaire.»

Pire, le ministre Kangi Logola, lui, a menacé de rapatriement « de gré ou de force » les Burundais.

La Tanzanie montre une fois de plus qu’elle est « proche » avec le Burundi. Elle joue sans état d’âme le jeu de son voisin et ami.

Le retour des réfugiés burundais serait du pain béni pour Gitega. Par effet domino, il pourrait entraîner le retour des autres réfugiés et couper court l’argument avancé par des réfugiés et tous ceux qui ne sont pas favorables au retour, à savoir la persistance de la crise.

Reste à savoir le sort que réservera par la Tanzanie aux réfugiés qui vont résister au rapatriement. Va-t-elle procéder à leur expulsion et faillir ainsi à sa réputation historique de pays d’accueil ? La question se pose…

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Réactions

Le HCR : « Le HCR est d’avis que les conditions au Burundi ne sont pas propices à la promotion des retours »

Dana Hugues, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés déclare que bien que la sécurité globale se soit améliorée, le HCR est d’avis que les conditions au Burundi ne sont actuellement pas propices à la promotion des retours. Des centaines de personnes fuient encore le Burundi chaque mois et le HCR exhorte les gouvernements de la région à maintenir les frontières ouvertes et l’accès à l’asile pour ceux qui en ont besoin. L’organisation onusienne assure qu’il continue d’aider les réfugiés qui indiquent avoir choisi librement et en toute connaissance de cause de rentrer volontairement. HCR prie les gouvernements de la Tanzanie et du Burundi de s’engager à respecter les obligations internationales et de veiller à ce que tout retour soit volontaire, conformément à l’accord tripartite signé en mars 2018.

Les Etats-Unis d’Amérique : «Les Etats-Unis sont prêts à aider si le rapatriement est volontaire»    

J. Peter Pham, envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, a déclaré qu’une des missions que le secrétaire d’Etat lui a confiées est de faciliter le dialogue afin que les réfugiés de tous les pays de la région rentrent chez eux. Il rappelle, toutefois, que tous les pays ont signé les conventions internationales sur les droits des réfugiés qui stipulent que le rapatriement des réfugiés est volontaire et pas forcé. Il espère que le rapatriement prévu pour octobre sera volontaire. J. Peter Pham indique que si le processus est volontaire, les Etats-Unis sont prêts à aider comme ils l’ont déjà fait dans les années passées. « Mais il faut que ce soit vraiment volontaire. Parce que le rapatriement forcé n’est pas seulement une injustice, mais aussi un crime contre les droits humains internationaux».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

« Juger est un métier »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « Juger est un métier »

A tort ou à raison, la justice burundaise a été vilipendée, diffamée, décriée surtout par ceux qui n’arrivent pas à avoir gain de cause. Des expressions défaitistes sont devenues monnaie courante : « deux poids deux mesures, une justice à (…)

Online Users

Total 255 users online