Santé

OMS-INSP : Formations des laborantins en gestion sécurisée des échantillons de la covid-19

07/08/2020 La Rédaction Commentaires fermés sur OMS-INSP : Formations des laborantins en gestion sécurisée des échantillons de la covid-19
OMS-INSP : Formations des laborantins en gestion sécurisée des échantillons de la covid-19
Les laborantins des hôpitaux districts de la région centre-Est en pleine formation dispensée par des experts en laboratoire de l'INSP et ceux de l'OMS

Le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA organise, avec l’appui technique et financier de l’OMS, des sessions de formations à l’endroit des laborantins venus des hôpitaux de districts sanitaires du pays. L’objectif de ces formations est de renforcer les capacités dans la gestion sécurisée des échantillons de la COVID-19, en appui à la campagne de dépistage de masse initiée par le Président de la République en réponse à la COVID-19.

Du 27 au 31 juillet, à Gitega, la capitale économique, environ une trentaine de laborantins venus des hôpitaux des districts sanitaires de la région centre-est, étaient réunis dans un atelier de formation en gestion sécurisée des échantillons suspectés de la COVID-19.

La formation s’inscrivaient dans le cadre d’une série de sessions de renforcements des capacités initiées par le ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le SIDA, en collaboration avec l’Organisation de la Santé mondiale au Burundi. Il s’agit des sessions de formations à l’endroit des laborantins en matière de prélèvement, transport sécurisé et analyse en laboratoire des échantillons suspectés du virus du nouveau coronavirus. La formation de Gitega ciblait les techniciens sanitaires venus dans les provinces : Ruyigi, Cankuzo, Karuzi Mwaro et Muramvya.

Dr Anatole Nkenshimana, directeur des laboratoires à l’INSP (Institut national de santé publique), a informé que cette formation continue s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement de la campagne de sensibilisation contre la COVID-19: « Ndakira, sinandura kandi sinandukiza COVID-19 » (Je guéris, ne contracte et ne propage la COVID-19 en kirundi).
« Nous nous attendons à ce que ces laborantins soient de vrais acteurs de cette campagne, parce que le dépistage volontaire au niveau national est l’un des éléments clés de cette campagne, et qu’elle requiert des ressources pour le prélèvement et l’analyse des échantillons. », a indiqué le Dr. Anatole Nkenshimana.

Dr. Anatole Nkenshimana a également précisé qu’au final, l’INSP conjointement avec le bureau de l’OMS au Burundi comptent former 120 laborantins venus des différents hôpitaux des districts du pays.

« Chaque session de formation est répartie en deux phases : la phase des théories et la phase de travaux pratiques. », indique Jean-Désiré Kibinakanwa, un des experts laborantins de l’INSP et formateur. « Pour la partie théorique, les récipiendaires ont été introduits aux généralités sur le virus SARS COV-2 à l’origine de la COVID-19, le port des équipements de protection individuelle, ainsi que le prélèvement et l’analyse en laboratoire des échantillons suspectés de la covid-19. »

Des sessions de formation similaires ont déjà eu lieu, respectivement à Bujumbura, ciblant des laborantins des Districts de l’Est, ainsi qu’à Ngozi avec des laborantins venus de Muyinga, Kirundo, Kayanza, et Gitega, ciblant les laborantins du Nord du pays. Ces formations sont organisées par le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida avec l’appui du Bureau de l’OMS au Burundi, grâce à un don de la République populaire de Chine.
Jérôme Nkurunziza, expert laboratin de l’OMS, indique que la plus-value de ces sessions de formations intensives sera de permettre à chaque hôpital de district de disposer d’au moins trois laborantins capables de prélever en sécurité les patients et d’analyser en laboratoire les échantillons de la covid-19. Des ressources techniques qui appuieront dans la campagne de dépistage en cours, et bien après.

Une formation venue à point nommé.

un des participants, en pleine démonstration du port de l’équipement de protection porté durant le prélèvement de la covid-19

Après les sessions de formation théorique, les participants de la 3ème cohorte ont eu la chance de mettre en pratique ce qu’ils ont appris, sous l’égide des experts en laboratoire de l’OMS et de l’INSP. Les travaux pratiques en prélèvement se sont déroulés à l’Hôpital Général de Gitega, qui abrite depuis peu le centre de dépistage de la covid-19. Et un laboratoire de référence.

A l’issue des cinq jours de formation, les récipiendaires, ont salué l’initiative de renforcer les capacités sur cette thématique spécifique. Certains diront même que cette formation est venue à point nommé.

« J’ai été contente lorsque qu’on nous a informés de cette formation ; on n’avait entendu dire que les autres avaient déjà commencé la campagne de dépistage massif, alors que nous, on ne savait pas encore comment prélever un cas suspect de la covid-19. C’était frustrant ! », a confié Denise Nzisabira, laborantine de l’hôpital de Muramvya.
Avec les nouvelles connaissances acquises en gestion sécurisée des échantillons de la Covid-19, ces techniciens de laboratoire se sont engagés à être des acteurs techniques actifs dans la campagne de prévention et lutte contre la pandémie dans le pays.

« Je m’en vais chez moi tout en ayant en conscience que j’ai le devoir de prélever les patients, et de procéder aux analyses des échantillons en laboratoire en toute sérénité. » indique Cynthia Irakoze, laborantine de l’hôpital de Kinyinya, dans la province Ruyigi. « J’ai conscience que pendant mon travail je dois me protéger tout en protégeant les autres. Je n’ai pas besoin d’attendre que la COVID-19 arrive dans mon district. Je suis consciente du travail que je dois faire et je suis prête à servir pour le bien des patients, peu importe là où le pays aura besoin de mes compétences », assure-t-elle.

Les experts de laboratoire ainsi que les formateurs de l’INSP ont encouragé les laborantins présents à toujours partager leurs connaissances, plus particulièrement durant cette période où le Burundi, ainsi que le reste du monde, fait face à la pandémie de la COVID-19. Après les provinces du centre-Est du pays, l’INSP toujours en partenariat avec l’OMS, compte organiser une 4ème session de cette formation, qui ciblera les laborantins des hôpitaux des districts sanitaires du Sud : Rutana, Makamba, Bururi et Rumonge.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 180 users online