Société

L’AFJO plaide pour plus de femmes et de jeunes dans le paysage médiatique

17/12/2018 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur L’AFJO plaide pour plus de femmes et de jeunes dans le paysage médiatique
L’AFJO plaide pour plus de femmes et de jeunes dans le paysage médiatique
Agnès Nindorera ( à gauche) : «Le personnel féminin dans les médias burundais s’élève à 23%»

Les femmes sont sous-représentées dans l’exercice du travail médiatique. Elles représentent 9% dans les postes de prise de décision, selon Agnès Nindorera, représentante de l’Association burundaise des femmes journalistes, AFJO.

A l’issue d’une rencontre tenue vendredi 14 décembre par cette organisation en collaboration avec les professionnels des médias, le ministère de la Communication et le Conseil national de la communication, les participants ont statué sur la mise en place d’une charte pour la promotion de la diversité genre dans les médias.

Selon les données recueillies par l’AFJO, le personnel féminin dans les médias burundais s’élève à 23%. Les disparités de genre s’observent au niveau de la collecte, du traitement des contenus, des sujets traités comme dans les personnes ressources. Les présentatrices des journaux sont en effet à 33,2%, les femmes reporters à 18% et les femmes ressources à 15,6%.

Mme Nindorera déplore en outre que les médias montrent la femme dans ses fonctions professionnelles «traditionnelles» de secrétaire, cuisinière, institutrice, cultivatrice, etc. De même, outre qu’elle est chosifiée, dévalorisée notamment à travers la publicité, les médias la représentent sous l’image d’une catégorie vulnérable de la société.

Pour la représentante de l’AFJO, la charte pourra permettre de mettre un terme à cet état des lieux. Et «si la parité hommes-femmes est gagnée dans les productions médiatiques, cela apportera un changement des mentalités pour la parité dans tous les secteurs de la vie nationale».

Les principaux facteurs de cette sous-représentation sont essentiellement des stéréotypes  socio-culturels y compris intrinsèques. Frédéric Nahimana, ministre de la Communication et des médias appellent les professionnels des médias à dépasser ces obstacles. En tant qu’outil de sensibilisation en faveur de l’égalité des genres, ils doivent être les pionniers dans l’inclusivité. Ils doivent également éviter des valeurs stéréotypées, et veiller à ne pas transmettre des discours de discrimination.

Et de faire remarquer la plus-value d’une femme journaliste.  Elle a, selon le ministre Nahimana, des facilités d’accès à l’information par rapport à l’homme. Notamment quand il s’agit de certaines informations secrètes, délicates. La société lui accorde le crédit.

Dans le cadre de la ‘‘charte des médias sensibles au genre’’, les participants se sont engagés à former une équipe qui assurera un mécanisme de suivi en vue de la concrétisation de la politique nationale de la communication. Celle-ci envisage notamment la parité de genre dans les médias.

Le but directeur de ce mécanisme est le renforcement des capacités d’une équipe de 20 à 30 journalistes femmes.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Guerre des nerfs

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Guerre des nerfs

La guerre « froide » risque-t-elle de devenir « chaude » ? La question hante obstinément l’opinion qui craint une guerre ouverte entre le Burundi et le Rwanda, deux pays voisins. Depuis la crise burundaise de 2015, une brouille s’observe (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

512 utilisateurs en ligne