Économie

La route casse-tête de Mugoboka

26/04/2016 Fabrice Manirakiza 0

Longeant la rivière Ntahangwa, l’avenue Sanzu reliant Mutanga Sud et Mugoboka est coupée. Les maisons environnantes sont aussi menacées. Certains habitants ont même commencé à déménager.

Par peur, certains habitants ont commencé à déménager.        
Par peur, certains habitants ont commencé à déménager.

Une barrière métallique bloque l’avenue Sanzu à l’entrée de la sous-colline Mugoboka. Des voitures sont garées derrière cette barrière. Des Tuk-Tuk déposent les vendeuses de fruits et légumes avec leurs marchandises. Elles ne peuvent plus joindre le petit marché de Mugoboka II avec ce moyen de locomotion.

La route est totalement impraticable. Sauf les piétons, aucune voiture n’est autorisée à passer. «Nous avons décidé de bloquer l’avenue dans le but d’éviter que les voitures ne détruisent ce qui en reste. C’est la seule route qui dessert notre quartier», souligne Pierre Nimbona, adjoint du chef de quartier Mugoboka.

D’énormes fissures sont visibles sur cette avenue. Le ravin se trouve à quelques 10 m des maisons longeant la rivière Ntahangwa. «Nous sommes complètement déboussolés», confie Charles Rwangarambe, un habitant du quartier Mutanga Sud. Selon lui, les maisons vont s’effondrer une à une si rien n’est fait.

«Certains propriétaires des maisons longeant cette route ont déjà déménagé. Nous aussi, nous allons le faire très prochainement», raconte un autre habitant de ce quartier. Les habitants de ces deux quartiers indiquent qu’ils ont essayé, avec leurs maigres moyens, de protéger la rive menacée. «Nos constructions se sont effondrées comme un château de cartes. C’est un problème qui nous dépasse», assure Charles Rwangarambe.

Et les prix des denrées alimentaires montent

Comme les voitures transportant les marchandises ne peuvent plus arriver à Mugoboka I et II, les portefaix ont trouvé un travail très lucratif. Les vendeurs sont obligés de les payer pour le transport des marchandises depuis la route coupée jusqu’au quartier Mugoboka. Dans la foulée, les prix des denrées alimentaires commencent à monter.

« Pour transporter un sac de charbon jusqu’à ma boutique, je dois débourser 1.000 Fbu de plus. Je suis obligé de majorer moi aussi le prix», indique un vendeur de charbon.

Il en va de même pour Claudette Nahishakiye, vendeuse de légumes. «Nous travaillons à perte car nous sommes obligés de payer des frais supplémentaires.» Les clients, quant à eux, parlent d’aller voir ailleurs.

A quand la réhabilitation?

«Il faut une intervention rapide afin de stabiliser ce qui reste. A défaut de pouvoir faire les grands travaux nécessaires», demande Charles Rwangarambe. Les habitants n’en peuvent plus. « Les autorités sont au courant depuis belle lurette. Nous avons toujours crié au secours sans succès. Il faut qu’ils fassent quelque chose dans les plus brefs délais», clament-ils.

«La question est connue mais je ne sais pas quand elle trouvera une solution car les travaux demandent beaucoup de moyens», indique Issa Désiré Mazimpaka, administrateur de la commune Mukaza. De son côté, il assure qu’il a déjà pris des mesures notamment la fermeture de la route pour les véhicules afin de limiter les accidents. Il conseille aux riverains de la rivière Ntahangwa de reboiser les rives. « Il y a une pépinière publique et les arbres sont donnés gratuitement».

Le porte-parole du ministère de l’Environnement, Omer Niyonkuru, fait savoir que des études sont en cours afin de trouver une solution durable à ce problème car «c’est une zone à haut risque où s’observe des éboulements.» Il rassure la population que des travaux d’urgence vont commencer sans toutefois donner une date.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 063 users online