Les billets d'Antoine Kaburahe

Lucide, souvent critique, parfois décalé ou amusé mais toujours informé.


Ils n’aiment pas les livres…

11/10/2018 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Ils n’aiment pas les livres…
Ils n’aiment pas les livres…
Des éditeurs d'Afrique au cours d'un atelier de réflexion à Francfort

Participer à la Foire mondiale du livre de Francfort est une expérience exaltante. Chaque année depuis 1949, la plus grande foire professionnelle de livres et de magazines réunit des milliers d’éditeurs du monde entier, des journalistes, des critiques littéraires pour échanger sur leur métier.

J’ai eu le privilège d’y participer au nom des Editions Iwacu, ce qui est une reconnaissance encourageante pour notre jeune maison qui se cherche encore.

La rencontre des confrères africains est inspirante. La culture est à l’honneur dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest comme le Sénégal où l’Etat investit chaque année près de 40 milliards de francs CFA. Et pourtant, le Sénégal fait toujours partie des pays émergents . « Nous avons la chance d’avoir eu un président lettré qui savait l’importance de la culture dans la vie et le développement d’une nation. Cet héritage est resté » explique un éditeur sénégalais. Au Togo, Bénin, Ghana, Nigeria, il y a aussi une dynamique remarquable pour tout ce qui touche le livre.

Au fil des rencontres et des visites, on apprend, on découvre des histoires , la naissance, l’évolution des autres structures d’édition, les combats et les défis rencontrés. Et l’on se sent moins seul .

Ainsi, une maison d’édition canadienne a été contrainte de retirer du marché un livre qui dénonçait, preuves à l’appui, le pillage de grands groupes miniers en Afrique. La jeune éditrice a eu une formule que j’ai trouvé extraordinaire :« ils ont gagné, mais nous n’avons pas perdu. L’opinion a quand même su ce qui se passe en Afrique avec ces groupes canadiens qui se comportent comme des véritables prédateurs. » Avec son bel accent canadien, l’éditrice conclut avec philosophie : « Les dictateurs politiques ou économiques n’aiment pas les livres ».

Ecrire, publier, reste toujours une mission difficile dans beaucoup de pays. Et pas seulement en Afrique. Les champions de la censure se retrouvent dans tous ces pouvoirs qui ont du mal avec la vérité et la liberté. Au nord comme au sud.

A côté de ces géants de l’édition, on se sent si petit… Mais lors de cette Foire du livre, j’ai pour ma part reçu un conseil que je pourrais écrire en lettres d’or :« Il n’y a pas de petite maison d’édition, il faut commencer quelque part, exister se faire connaître et doucement se frayer son chemin. Sous certains cieux, sortir un livre reste toujours une petite victoire », me dira un grand éditeur à la renommée mondiale. C’est ce que l’on fait aux Editions Iwacu.

Antoine Kaburahe Retrouvez chaque jour un nouveau billet d'Antoine Kaburahe, journaliste-écrivain, éditeur et observateur averti du Burundi.

Voir tous les billets

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Un round des « leaders »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un round des « leaders »

Enfin, c’est officiel : le 5ème et « dernier » round du dialogue inter-burundais est fixé du 24 au 29 octobre. Les Burundais commençaient à se lasser de l’éternel report. Aussitôt annoncé, les politiques se creusent les méninges sur l’agenda (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

637 utilisateurs en ligne