Editorial

En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

28/05/2020 Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

« Doom and gloom ». Cette expression anglaise désigne un sentiment de trouble, de  peur-panique. Après la proclamation des résultats provisoires par la  Ceni, le 25 mai, et leur contestation par le principal parti de l’opposition, le CNL, une psychose  a gagné la population.

Par Léandre Sikuyavuga

Des  propos malveillants, peu courtois et pleins de menaces ont inondé les réseaux sociaux. Des audios au ton désemparé, troublé, voire  déprimé ont circulé. On a entendu une femme de Ruziba appeler à l’ « autodéfense. » Les rues de la mairie sont devenues presque désertes le soir. On se demandait ce qui allait se passer la nuit, on retenait le souffle.
« Le personnage dépasse sa personnalité », dit-on. Ce soir même, le candidat proclamé vainqueur a lancé un message appelant tous les Burundais au calme, à la concorde, à la cohésion nationale.

Jusqu’ici, le camp annoncé vainqueur ne s’est pas adonné au triomphalisme, à la provocation. Ce qui a étonné plus d’un. De même, les responsables du parti contestataire, le CNL, ont appelé leurs militants et sympathisants à la retenue, privilégiant  la voie de la légalité : « Déposer leur plainte devant la Cour constitutionnelle. » Un sens de responsabilité et de maturité politique ? Quoi qu’il en soit, leur intervention a évité le pire,  l’hécatombe,  « doom’s day », comme certains le prédisaient.

Mais la sagesse et la responsabilité des autorités ne devraient pas en rester là. On apprend en effet que des militants zélés menacent, persécutent leurs voisins qui ont voté autrement. C’est le cas de la commune Buganda où des gens ont été grièvement blessés. Des arrestations en cascade de militants, surtout  du CNL, sont signalées dans plusieurs coins du pays.

Les élections peuvent alimenter la violence dans des situations où les  adversaires politiques ne respectent pas les règles ou n’acceptent pas les résultats électoraux comme l’expression légitime de la volonté populaire. Il revient encore une fois aux responsables politiques de recadrer les militants qui nourrissent la peur, fabriquent l’émotion en suscitant la méfiance, le ressentiment. Ils doivent attendre le  verdict  de l’organe de recours, la Cour constitutionnelle, dans le calme et le respect mutuel. Je fais miens les propos de Mgr. Nicolas Djomo,  président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) en 2011, invitant les Congolais au calme et à la paix lors du contentieux électoral : «Le choix politique ne doit absolument pas constituer un motif d’inimitié et d’antagonisme. Il postule par contre le respect des uns et des autres en vue d’une coexistence pacifique.»

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 537 users online