Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de vendredi 5 octobre 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

05/10/2018 Edition : Christine Kamikazi Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de vendredi 5 octobre 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

. L’association AMPCI-Girubuntu trouve que la commission vérité et réconciliation devrait s’assurer que tous les restes humains, victimes des crises qui ont secoué le pays ont été déterrés des fosses communes avant leur inhumation dans la dignité. Aloys Batungwanayo, représentant de cette association pour la mémoire et la protection de l’humanité contre les crimes internationaux indique qu’il y a risque d’enterrer une partie des ossements. Cette association demande que des monuments soient érigés dans les sites où vont être enterrés les restes humains et que les familles des victimes soient associées dans ce processus d’enterrement des restes humains.

Pour l’association AC-Génocide Cirimoso, la CVR devrait plutôt mener des enquêtes pour répertorier toutes les fosses communes ou autres endroits où on aurait jeté ces victimes afin d’organiser des funérailles dignes pour toutes les victimes, et cela au niveau national. Pour Thérence Mushano, vice-président de cette association engagée dans la lutte contre le génocide, cet acte d’inhumation prévu par la CVR vers la fin de ce mois d’octobre dans 5 sites du pays, risque de diviser la population, au lieu de la réconciliation.

. Un manque criant d’eau potable s’observe au chef-lieu de la province Cibitoke. Les habitants craignent les maladies des mains salles. Selon eux, même le centre de santé de Cibitoke n’est plus alimenté en eau potable. Certains habitants parcourent de longues distances à sa recherche tandis que d’autres se rabattent aux à une rivière de la localité. Ils demandent à la Regideso de résoudre ce problème dans les meilleurs délais car leur santé est en danger.

. L’année académique 2016-2017 a été annulé pour 44 étudiants de l’Université du Lac Tanganyika. Le recteur de cette dernière les reproche d’avoir falsifié les notes de deuxième session pour 11 cours lors de la consultation de leurs copies. Deux autres étudiants ont été exclus de cette université pour avoir été à l’origine de cette fraude.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué