EN

Économie

Quand les uns sont remontés, d’autres se réjouissent

08/10/2020 Pacifique Gahama Commentaires fermés sur Quand les uns sont remontés, d’autres se réjouissent
Quand les uns sont remontés, d’autres se réjouissent
Des commerçants de chaussures du marché « Chez Sioni » en attente des stands au marché de Jabe.

Mercredi 30 septembre, tous les commerçants des chaussures usagées du marché Bujumbura City Market (BCM) ont regagné le marché de Jabe. Et ce, sur ordre du maire de la ville de Bujumbura. ‘’Une violation des lois’’, dénoncent certains concernés.

Mercredi 30 septembre est la date butoir donné aux commerçants des chaussures pour quitter le marché « Chez Sioni ». Des stands leur ont été réservés au marché de Jabe. Là, depuis le matin, des mouvements inhabituels s’observent. Il est 9 h. Les nouveaux locataires de ce marché sont venus voir leurs stands. Ils ont laissé leurs chaussures emballées au marché Bujumbura City Market (BCM).

Parmi eux, des membres de l’Association des commerçants des chaussures usagées (ACCU). Ils apprécient la mesure du maire de la ville. « C’est vraiment une bonne décision. Nous avions besoin de retourner dans notre marché », confie un commerçant interrogé. Il précise qu’ils avaient été obligés de se déplacer pour permettre la réhabilitation de ce marché. Une mesure saluée aussi par Abraham Cimpaye représentant légal de l’ACCU : « Enfin, la mairie nous a réattribué nos anciennes places dans le marché de Jabe. Nous sommes prêts à y retourner. »

Néanmoins, des lamentations ne manquent pas chez ces commerçants. « Les stands sont trop petits alors que le commerce des chaussures usagées exige un espace vaste », déplore I.B., un commerçant des chaussures usagées. Il demande à la mairie à construire au moins des hangars.
M. Cimpaye signale que les stands ne suffisent pas : « 36 stands attribués sont insuffisants. Seuls les anciens vendeurs seront recasés. Plus de 150 personnes vont se retrouver sans places. Cela va compliquer leur travail. »

« Une injustice »

D’autres personnes interrogées jugent la décision de la mairie injuste. « C’est une décision qui nous prive de notre droit de commercer librement », analyse Jean Claude Ndayizeye, représentant des vendeurs de chaussures usagées au marché BCM, non membres de l’A.C.C.U.

Selon lui, seuls les membres de l’association « ACCU » avaient demandé ce transfert. Par ailleurs, poursuit-il, la mairie leur avait assuré de la disponibilité des stands au marché de Jabe. « Arrivés là, nous avons constaté que seulement 36 stands sont disponibles sur de plus de 400 commerçants».

Et de rappeler que pour avoir un stand dans le marché de Jabe après la réhabilitation, chaque commerçant devrait donner 690 mille BIF. « Une somme énorme étant donné que la plupart des commerçants qui n’ont pas de places sont des novices dans le métier. »

D’autres parlent d’un forcing. « Il n’y a pas eu d’avertissement sur un probable rapatriement vers Jabe afin qu’on se prépare», dénonce une vendeuse des chaussures. Elle indique que la décision de ne pas exercer chez Sioni a été annoncée mardi 29 septembre.

Les responsables du marché Bujumbura City Market (BCM) abondent dans le même sens. Joseph Dukundane, commissaire du marché, souligne que cette décision viole la libre concurrence et la liberté du commerce. Les commerçants, explique-t-il, ont le droit de choisir le marché où ils peuvent exercer leur métier.
Il demande l’annulation de cette mesure qui va perturber sans doute les activités de ce marché. « Il y aura une nette diminution des recettes». Et de mettre en garde contre des conflits futurs : « Certains commençants avaient déjà payé des avances sur les loyers. Le remboursement sera difficile.»


Eclairage du maire

Jimmy Hatungimana : « Cette mesure a été prise avec un large consensus. »

Selon Jimmy Hatungimana, maire de la ville de Bujumbura, ce transfert vise à rendre « le marché de Jabe bien fonctionnel et vibrant comme avant ».

Pour rappel, dans une lettre du 23 septembre, adressée au représentant de l’Association des Commerçants de Chaussures Usagées, M.Hatungimana a indiqué que cette mesure a été prise avec un large consensus : « Plusieurs séances ont été organisées entre l’association des commerçants des chaussures usagées, le commissaire du marché, les représentants des commerçants ainsi que les gestionnaires des marchés municipaux. » Il y a de cela un mois. Mais, il déplore que les commerçants ont donné à plus de deux reprises de fausses promesses.

Il rappelle que ces commerçants ont migré vers le marché City Market de Bujumbura, en 2017. Et ce, uniquement pour laisser la place à l’entreprise GETRA qui devrait réhabiliter le marché de Jabe. Ils occupaient 36 places avant sa réhabilitation.

M.Hatungimana souligne que ce marché est historiquement connu dans la vente des chaussures usagées.

Ainsi, via sa correspondance du 23 septembre, la mairie de Bujumbura a demandé aux différents responsables concernés de prendre toutes les dispositions nécessaires pour accueillir ces ‘’rapatriés’’.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 802 users online