EN

Économie

Le Premier ministre fustige la gestion de la Regideso

15/10/2020 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur Le Premier ministre fustige la gestion de la Regideso
Le Premier ministre  fustige la  gestion de la Regideso
D’après les responsables de la Regideso, les 10 ans passées sans donner les dividendes, la société faisait face à de nombreux défis.

Le Premier ministre Alain-Guillaume Bunyoni regrette que la Regideso ne génère pas de dividendes. De nouvelles réformes vont être prises pour redynamiser l’entreprise.

« La Regideso vient de passer 10 ans sans donner des dividendes », a déclaré le Premier ministre Alain Guillaume Bunyoni, lors d’une visite qu’il a effectuée dans cette entreprise ce mercredi 14 octobre. Il estime qu’avec le potentiel et la capacité de ses employés, la Regideso devrait verser plus de dividendes dans le trésor public. « Vous devriez vous évaluer vous-même et vous demander la cause de la régression des employés de la Regideso ».
Alain-Guillaume Bunyoni regrette également qu’il y ait des gens qui sollicitent en vain des installations pour disposer de l’eau ou de l’électricité alors que d’autres bénéficiaires ne paient jamais les factures.

Le Premier ministre du gouvernement a indiqué qu’en vue de redynamiser cette société, de nouvelles mesures ont été envisagées mais c’est la Regideso elle-même, s’oppose souvent aux réformes initi��es par le gouvernement.

Il a cité notamment les réformes concernant la décentralisation de cette entreprise et l’installation des compteurs cash water.
Alain-Guillaume Bunyoni a également profité de l’occasion pour mettre en garde les employés de la Regideso affectés à l’intérieur du pays où la plupart d’entre eux, utilisent le matériel de la société pour travailler comme des privés.

Il appelle les employés de la Regideso à changer leur « mentalité », autrement, des sanctions sont déjà prévues, a prévenu le Premier ministre.

La Regideso s’explique,…

Les responsables des différents services de la Regideso, disent eux aussi, indignés par ce manque à gagner qu’enregistre leur entreprise.

Cependant certains d’entre eux affirment que les 10 ans passés sans donner des dividendes, leur entreprise faisait face à de nombreux défis.

« Depuis 2005, il y a eu des constructions en masse de maisons et la capacité d’électricité que nous produisons n’est pas suffisante, on n’a pas assez de barrages », explique Youssouf Moussa, président du syndicat libre des travailleurs à la Regideso.

Emile Hakizimana, chef comptable à la Regideso, quant lui, justifie ce manque à gagner par la différence entre le montant dépensé pour la production d’un kWh et le prix auquel il est vendu. « Si on analyse les commissions que Pay way gagne dans la commercialisation de 1 m 3 d’eau, l’on dirait que c’est la Regideso qui travaille pour cette société ».

Quant à la décentralisation de la Regideso, une des réformes envisagées par le gouvernement, le syndicaliste Moussa Youssouf, demande au gouvernement de revoir sa faisabilité . D’après lui, une fois que le secteur eau sera séparé de celui de l’électricité, il y aura risque que l’une ou toutes les sociétés ferment pour de bon, vu la situation financière de l’entreprise.

Ibrahim Uwizeye, ministre en charge de l’Hydraulique, se montre catégorique et a appelé les employés de la Regideso à travailler pour le bien de l’entreprise. Sinon, il est prêt à faire des licenciements.

Le ministre Uwizeye a souligné que le gouvernement étudie encore la faisabilité d’une décentralisation, s’il s’avère possible, la Regideso sera scindée en deux sociétés.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Que sont devenus les partis politiques ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Que sont devenus les partis politiques ?

Six mois après les élections, plus d’un se demandent, et à juste titre, ce que sont devenus les partis politiques si « dynamiques » pendant la campagne électorale, où sont passés leurs militants. Surtout les partis d’opposition. Nos politiques clament (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 266 users online