EN

Environnement

La route puante

20/11/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur La route puante
La route puante
Un vendeur ambulant se soulage tranquillement face à un des murs, à côté de la route .

Alors que le monde entier célébrait ce jeudi 19 novembre « la journée des toilettes », à Ngagara, une route est devenue une toilette publique. Au grand désespoir des passants et des commerçants qui tiennent des stands.

La route est connue. C’est le prolongement de l’avenue de l’agriculture en terre battue. Elle passe devant les entrées des bureaux des agences de transport Volcano, Memento et Tramwex dans le quartier industriel de la zone Ngagara, en mairie de Bujumbura.

Tout près des clôtures des bâtiments, de part et d’autre de la route, des mauvaises odeurs se font sentir. « Actuellement c’est tolérable, car c’est la saison des pluies, je te le dis en saison sèche tu ne peux pas résister 10 minutes ici », jure Melance, un conducteur de vélo-taxi.Pourtant, des écrits sur les murs sont lisibles. « Il est interdit d’uriner ici. Mais on dirait que les passants ne savent ni lire ni écrire, surtout les vendeurs ambulants », se lamente Claudine Kwizera, qui détient un kiosque de vente de cartes de crédit téléphonique. Elle raconte que toutes cinq minutes au moins, un vendeur, un passant, un inconnu, un porte-faix, vient se soulager sur le mur d’à côté. Elle vit le calvaire à cause d’une odeur nauséabonde permanente de pipi.

La cherté de l’accès aux toilettes publiques

Les vendeurs ambulants sont les plus pointés du doigt. Et une vendeuse de fruits de compatir : « Pour avoir accès à une toilette publique il te faut débourser 200 BIF. Si chaque fois que tu sens le besoin de te soulager tu vas payer, ça signifie que tu travailles pour le propriétaire des sanitaires ». Réaliste, elle estime que les moins nantis n’ont pas le choix. Ils vont se soulager n’importe où. « La solution serait de construire des toilettes publiques gratuites », renchérit une autre personne. Néanmoins, elles sont conscientes que leur santé est en danger : « Il arrive que nous sentions des nausées, des ballonnements de ventre, mais que pouvons-nous faire, on doit travailler pour faire vivre nos enfants. »

Le chef de zone Ngagara, Franck Ernest Ntandikiye, demande à ces petits commerçants de chercher des places dans des lieux où se trouvent des sanitaires publics. « Ils exercent leurs commerces dans un lieu illégal ».

Lors de célébration de la journée internationale des toilettes en commune Itaba de la province Gitega, le ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida a indiqué que 2,2 % des Burundais font encore leurs besoins dans la nature. Il a demandé de cesser « cette mauvaise pratique de se soulager en plein air. »

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Que sont devenus les partis politiques ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Que sont devenus les partis politiques ?

Six mois après les élections, plus d’un se demandent, et à juste titre, ce que sont devenus les partis politiques si « dynamiques » pendant la campagne électorale, où sont passés leurs militants. Surtout les partis d’opposition. Nos politiques clament (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 249 users online